01/05/2017

Au jardin des drogues légales : le café

 

 

 

 

Noir, bien noir,
tassé, bien tassé,
chauffé jusqu'au dernier gargouillement vaporeux,
écumez-le pour en extraire le breuvage,
la liqueur dopaminergique.

Il accompagne, persévère, soutient,
l'acte d'écrire
il saisit la main et lui donne la force de dessiner les signes,
les mots désirés
il soulage l'insomnie, éveille l'esprit souffreteux,
appuie le vaillant qui traverse en trombe sa journée.

Sombre ésotérisme
Plaisir énergétique
Combustible de l'intellect
Il faut nourrir le cerveau :
on lui donnera du café.

Tasses, grandes ou petites,
Parsemé de sucre,
Gros cristaux de canne
Goulu et vivifiant.

Et sur la fin s'entassent les débris de l'émulsion soyeuse,
la marée non souhaitée
les armadas de cuillères salies et souillées,
et ces tissus de lianes qui s'accrochent
champignons voraces,
parasites agrippés aux parois.

Ainsi, du céleste de sa création,
au plaisir terrien de sa consommation,
en passant par ses effets créateurs,
sans oublier le grand nettoyage,
je vous donne le cycle du café.

 

 

 


Adrien Faure