24/04/2018

Baiser intercontinental

 

 

J'avais fermé la porte depuis huit minutes maintenant et j'attendais, peinard et réglementaire, qu'il soit l'heure d'aller pointer, quand tout à coup déboule tout le Québec devant ma porte justement fermé. Et voilà la troupe qui s'entiche à m'exprimer moult signaux de laisser entrer, laisser passer. Bonne âme et charité chrétienne oblige, j'ouvre les portes du palais manuscrit. De quoi s'agit-il M'sieurs-dames ? Le Québec voulait visiter l'Université. Qui donc veut visiter l'Université à dix heures du soir ? Choc culturel sûrement. Sournoisement, on s'immisce au sein de l'Alma Mater par ses lézardes et fissures du soir, même qu'un pied-tendre nous donne un coup de main de l'intérieur de la Tour. On fouinasse sans gêne dans les hauteurs de l'Académie, au milieu des bustes soi-disant fameux. En sortant de l'honorable quinqua-centenaire institution, on se dit bien sûr que le gosier se mouroit durement et qu'il faut sans attendre y remédier. On s'en va donc bukowskiser doucement.


Ellipse.


Les explorateurs québécois sont à présent perdus au milieu des steppes genevoises, crapahutant parmi la faune urbaine, ils sont en quête de l'île cubaine, cachée quelque part au milieu de l'archipel de Plainpalais, parmi les sangrias et les mojitos semi-maisons. Au loin les observent, placides mais tenaces, montagnes déchiquetées et dealers déchirés. Un ange passe.

L’Électron ronronne en son temple vestale. Les prêtres procèdent aux fumigations rituelles, le tambour sacré bat son plein, les disciples s'ébrouent et s'étirent dans l'hors-temps qu'est la danse. Yeux dans les yeux, main dans la main, bouche à bouche, corps contre corps. Étreinte lascive, émulation des sens, baiser intercontinental.


Ballade dans la nuit.
Lendemain qui chante.


Dans les entrailles de la cité se terrent les sociétaires, bouffis d'arts et de lettres, ils jouent de leur esprit et de leurs sens en tribu assemblé. Y pénètrent les dernières exploratrices, bravant sommeil et tabous. The last round begins, jusqu'à la fin de party, qui un jour advient toujours à l'appel de la patrie.
Dans la brume de mes souvenirs, de plus de dix années d'une vie tumultueuse, son regard vert se pose délicatement, et rafraîchit mon âme.
Bellezza temeraria sulla strada della mia vita.

 

 

 

Adrien Faure

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.