19/09/2017

Au cœur de la mythologie occidentale

 

 

Fragments rétrospectifs
Novembre 2016, en partance de Toronto



A l'image du continent canadien et de sa démesure spatial, les eaux du lac Ontario forment un petit océan en-dessous de mon minuscule avion. Je sens l'excitation monter : dans quelques minutes je foulerai du pied la capitale du monde. Le journaliste-écrivain Thompson affirmait, la tête bourrée d'acides et errant à Las Vegas, qu'il était à la recherche du Rêve Américain. Je suppose qu'en un sens je suis en quête du Rêve Occidental. Ou ce qu'il en reste. Si seulement il existe. Mais soudain là voilà ! Je me colle immédiatement aux hublots. New York ! Resplendissante, aux gratte-ciels couverts de lumière, si fiers, si dressés, immenses et innombrables, comme une gigantesque forêt urbaine de métal et de verre. L'avion plane tranquillement au-dessus de la cité, me laissant le loisir d'épancher ma soif d'observation. Il vire ensuite de bord pour atterrir à l'aéroport intracontinental. Mes pieds rentrent alors en contact avec le sol new-yorkais. Ça y est, me voici au cœur du mythe !

 

Confortablement installé dans un hôtel du Queens, je visite le centre si dense de Manhattan (je n'ai jamais avancé aussi lentement en milieu urbain), Brooklyn et ses ponts qui se pointent peinards à chaque détour de rue, mais aussi Greenwich Village, Wall Street, Harlem, le Bronx. Tant de noms ! Tant de noms fameux, célèbres, entendus, réentendus, encore et encore, résonnant en chaque Occidental comme de vieilles connaissances, tandis que leur architecture semble étrangement familière à notre regard. Chaque nouveau nom me fait l'effet d'une étape de plus dans mon pèlerinage au cœur de la mythologie occidentale. Les Beats ont marché ici, Kerouac, Ginsberg et Cassady y ont dansé, bu, hurlé jusqu'à plus d'heure, tandis que des milliers d'acteurs défilaient dans ces rues pour tourner chaque nouveau film s'exportant aux quatre coins du monde. Cité immanente, cité permanente.

 

Mais New York est ici, maintenant, sous mes pieds, et tout autour de moi.

Alors vibre la nuit américaine, que jamais ne s'arrête,

ô rencontres nocturnes, ô délicieuses nuits,

saisis-nous jusqu'aux lendemains.

 

 

Adrien Faure

 

 

 

Les commentaires sont fermés.