24/03/2017

Le maître du swing

 

 

 

 

Gravière, 2015. Des corps vibrent sur la piste de danse, des bras se tendent, des jambes s'arquent, des visages s'enfoncent profondément dans le rythme de la musique, des pieds voltigent, et partout le swing se trémousse et émousse les sens. La jeunesse genevoise, de 16 à 35 ans, est là, enflammant la nuit et étincelant d'une énergie sauvage. A la musique, un homme, l'homme le plus énergique de la soirée, et c'est lui, DJ Mitch, 70 ans, maître du swing en Suisse romande.

 

Mais d'où sort-il en fait ?

 

Michel Caillat est né le 22 avril 1945 à Winterthur. Son père était représentant de commerce en machines à coudre. Après avoir déménagé à Genève à 4 ans, il y effectue sa scolarité. Dès 16 ans, il travaille comme auxiliaire à la Poste les dimanches pour 50 francs par jour. A 21 ans, son père décède et il trouve un emploi comme enseignant de français, d'histoire et de géographie au cycle, bien qu'il n'ait que la matu en poche - merveille du marché du travail de l'époque. En 1968, il rejoint le Groupe de Luttes Internationales, un collectif gramscien-luxembourgien-libertaire, dont les réunions durent parfois de 8 heures à 2 heures du matin, qui milite pour la création d'un centre autonome culturel et manifeste contre la guerre au Vietnam.

 

Années 70. Avec la crise et un marché du travail en berne, on lui demande de passer une licence. Il s'exécute et obtient une licence en géographie en 1978. Pour pouvoir enseigner au collège, il passe en 1985 une deuxième licence, en histoire cette fois-ci. En 2000, à 55 ans, il obtient un crédit du Fonds National de la Recherche Suisse pendant 5 ans pour commencer une thèse sur l'Entente Internationale anticommuniste. Il la soutiendra en 2013.

Pendant ces années de recherche et de fouilles d'archives, il profite de ses nouveaux horaires, complètement libres, pour commencer à mixer, avec une première au Rhino en 2002. Vers 2010, à 65 ans, surfant sur la vague electro-swing qui déferle sur l'Europe, de grands établissements genevois commencent à l'inviter, et, en 2013, il devient DJ-résident à la Gravière. Depuis 1 an, il mixe au moins une fois par semaine, et parfois 3 soirées en continu, que ce soit à Genève, Lausanne, la Chaux-de-fond ou Berlin.

 

Sa musique, qu'il qualifie de noire américaine et des Caraïbes, s'étend temporellement de 1920 à 1970. Cette musique, elle est née dans les cabarets et les dancings de l'époque, durant la Prohibition. Pour écouler leur stock d'alcool et blanchir leur argent, les gangsters américains achetaient ce genre d'établissements et, pour réduire les coûts, engageaient essentiellement des employés Noirs. De très grands artistes Noirs s'y retrouvent pour survivre, dans le contexte raciste et ségrégationniste de l'époque, et y créent cette musique dansante que nous affectionnons tant aujourd'hui.

 

Le maître du swing est aussi un cycliste invétéré et un inconditionnel de la Critical Mass, ce grand rassemblement mensuel mondial de la mobilité douce. D'ailleurs, c'est là où je l'ai rencontré, avant de rejoindre moi-aussi le cortège de ses fans, qui viennent l'entendre mixer, et taper du talon.

 

 

 

 

Cet article fut à l'origine publié dans le Diurnambule

 

 

 

15:39 Publié dans DJ Mitch | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.